LGDS55-Lesgrossestetes

 

 

 

Cette semaine, j’ai décidé de me brancher durant quelques jours sur RTL pour écouter l’émission emblématique de la radio qui existe depuis 1977 !!

Le slogan de l’émission est Toujours copié, jamais égalé, et après une semaine d’écoute, j’ai envie de dire : ben tant mieux heureusement que c’est la seule émission comme ça !!!

Pour commercer, je dois dire qu’il m’arrive d’écouter l’émission concurrente des Grosses têtes, On va s’gêner de Laurent Ruquier. Et même si la qualité peut varier en fonction des intervenants, j’aime bien l’idée d’avoir dans la même émission des gens de générations différentes comme Pierre Bénichou et Steevy Boulay ou avec des références culturelles assez antagonistes comme Yann Moix et Jean-Marie Bigard. De plus, le fait que l’émission soit assez ancrée dans l’actualité ainsi que ses différentes chroniques me font, en général, passer un agréable moment et il m’arrive même de bien me marrer.

J’attendais donc de découvrir des choses semblables en écoutant Les grosses têtes. Mais ce n’est pas, mais pas du tout, le cas. Ici pas de choc des générations. Le plus jeune de la bande étant Vincent Perrot qui a 47 ans !! Je mens un peu, puisque parmi les sociétaires, oui, on ne dit pas chroniqueurs mais sociétaires, et je trouve que c’est bien adapté. Sociétaire, ça donne l’image du mec bien installé, rivé à son fauteuil et qui n’est pas prêt d’en partir. Donc parmi les sociétaires, disais-je, j’ai vu qu’il y avait une jeune femme : Linda Hardy. Mais pas de trace à l’antenne de son passage. Car il y a peu de femmes aux Grosses têtes, à part Amanda Lear (enfin, ça reste encore à prouver), Mireille Dumas et Princess Erika que je n’ai pas non plus entendue. Et ce manque de représentation féminine permet à tous ces messieurs de nous sortir tous les clichés, tous les poncifs misogynes qui existent.

Mais ce n’est pas tout, j’ai entendu aussi une accumulation d’anecdotes inintéressantes à coup de « c’était mieux avant », des petites allusions limite racistes, de la vulgarité toutes les deux phrases, des expressions d’un autre temps, mais aussi des références à des personnes dont je n’ai jamais entendu parler (il a fallu que j’aille sur le net pour savoir qui était Félix Potin).

Ce qui m’étonne c’est que j’ai souvent entendu dire dans la bouche des politiques, des biens pensants et des sages du CSA que les émissions de radios libres véhiculaient une mauvaise image aux jeunes, qu’elles étaient dégradantes et qu’elle parlaient toujours de sexe. Certains ont d’ailleurs proposé de les supprimer, mais si cela n’a pas eu lieu elles sont surveillées de très près par le CSA. Et si les animateurs de ces émissions s’amusent à dire des choses trop osées avant 22h, la radio a une amende. Mais ces gens surveillent-ils Les grosses têtes ? Car à 16h, on entend sur RTL autant, voir plus, de vulgarité, que sur Skyrock à 22H. On y parle d’ailleurs de sexe à tout va, ce qui est compréhensible à leur âge, en parler c’est ce qui leur reste !!! Tout le monde dira que Les grosses têtes, c’est de la grivoiserie alors que Skyrock et NRJ c’est de la vulgarité. Pourtant en écoutant, je ne vois pas trop de différences.

Les grosses têtes, ce n’est pas que du sexe, c’est aussi de l’actualité mais cette partie se révèle très poussive. Philippe Bouvard attend la bonne blague d’un de ses sociétaires et souvent elle ne vient pas. Le rythme est lent, voir très lent. Un peu de montage serait souhaitable, car si l’émission perdait 30 minutes ce ne serait pas un mal.

Et puis Les grosses têtes, ce sont les fameuses questions de Madame Bellepaire de Loches, de M. Sapan d’Houilles ou encore de Madame Lenvie de Béziers. Car, oui, cette émission fait aussi la part belle à l’interactivité. Mais il n’y a tout de même pas de Facebook et Twitter, les questions doivent arriver par télégramme ou pigeon voyageur vu qu’elles sortent d’un autre âge.

Il y a bien sûr les fameux invités d’honneur. Je dois bien avouer que ceux que j’ai entendus ne respiraient pas la jeunesse et la fraîcheur mais je dois être tombé sur une mauvaise semaine.

Le vrai problème des Grosses têtes, c’est qu’elles ont du mal à se renouveler. Les sociétaires sont de moins en moins, car il faut dire qu’ils en perdent chaque année, en 2012 ça aura été Thierry Roland et Robert Sabatier, l’année précédente Jean Dutour et Jean Amadou. Résultat on entend toujours les mêmes, Jacques Mailhot, Jean-Jacques Peroni, Bernard Mabille, Philippe Chevalier ou encore Jacques Ballutin, et on ne peut pas vraiment dire que ce soit la finesse et la subtilité qui les caractérisent le plus. Car la nouvelle génération d’humoriste va plutôt dans l’émission de Stéphane Bern A la bonne heure diffusée le midi sur la même station.

Alors pour combler le vide, l’équipe des Grosses têtes a trouvé la technique parfaite. Parler d’un sujet et trouver un passage d’une veille émission, souvent avec Jean Yanne, qui parle de la même chose. C’est pas cher et ça comble les trous. Il faudrait d’ailleurs que j’envisage de faire la même chose lors de mes prochaines chroniques !!!

Finalement, l’émission est intéressante quand elle parle d’elle. Les sociétaires sont drôles et pertinents quand ils ont de l’humour sur eux-mêmes ou quand le thème de l’émission est l’un d’entre eux. J’ai d’ailleurs pris du plaisir à écouter une émission, la semaine dernière, dont l’invité d’honneur avait écrit une biographie de Jean Yanne.

Mais c’est vraiment la seule fois où j’ai réussi à écouter l’émission pendant plus d’une demi-heure en continu. Une chose est sûre, l’équipe de l’émission ne me remettra jamais leur fameux CAP : Certificat d’Aptitude à la Plaisanterie et j’avoue que je ne m’en porterais pas plus mal. Je leur offrirai pour ma part un BEP : Brevet d’Emission Pourrie !!!! Je rigole bien sûr !!!

Quoi qu’il en soit l’émission fonctionne toujours bien sur les taxis et les plus de 60 ans. Ce qui prouve bien que nous vivons un peu dans une société passéiste.

Avant de conclure je vous conseillerais un petit cadeau pour Noël, si vous avez quelqu’un que vous n’aimez pas dans votre entourage, offrez lui l’almanach des Grosses têtes, un livre référence !!!!

Allez je finirai cette petite analyse pas du tout fine et totalement subjective par une citation de Jean-Paul Baudecroux, un des fondateurs de NRJ qui dit : « A chaque fois que je vois un corbillard qui passe, je me dis que c'est un auditeur d'RTL qu'on enterre ».

conseils1 

Cette semaine je vous conseille de regarder le vendredi 23 novembre à 23h45 Tout le monde en a parlé sur D8. Dans cette émission qui était diffusée jusque-là sur Jimmy, Thierry Ardisson accueille des chanteurs, des animateurs, des sportifs ou des humoristes qui ont fait la une de l’actualité et qui ont ensuite disparu. A travers des interviews tout en sobriété, l’animateur leur permet de raconter leurs histoires et de livrer leurs sentiments.

Je vous conseille également de regarder DST, Dussart surveille la télé, heureusement qu’il ne s’appelle pas Mussart, ça aurait fait MST, les lundis mardis jeudis et vendredis à 20h40 sur France 4. Eric Dussart, que l’on a pu voir dans PIF PAF, Touche pas à mon poste ou entendre dans A la bonne heure sur RTL aux côtés de Stéphane Bern, décrypte et observe la télé avec son humour bien à lui. Je vous en parle d’ailleurs dans la semaine sur le blog.

Tag(s) : #Radio