LGDS86-RetouraupensionnatM6

 

 

 

Cette semaine, j’ai décidé de mettre mon grain de SeB dans Retour au pensionnat à la campagne le nouveau programme du lundi de M6. 

Le lundi, c’était la case terroir de M6 durant tout l’été avec L’amour est dans la pré.

Dans la continuité la chaîne a décidé de lancer Retour au pensionnat, un programme dans lequel des élèves se retrouvent plongés dans l’école des années 50 et doivent passer leur certificat d’étude.

Si ce concept vous dit quelque chose, c’est parce que M6 nous avez déjà fait le coup en 2004 avec Le pensionnat de Chavagnes puis Le Pensionnat de Sarlat. A l’époque, on pouvait comprendre la raison du lancement du programme. Les choristes réalisait un carton sur le grand écran, les chorales et le retour aux valeurs étaient alors à la mode. La chaîne avait donc surfé sur cet effet.

Par contre, il est moins évident de comprendre le choix de la chaîne de relancer le programme en 2013 !!! Aurait-elle profité du fait que Endemol, producteur des premières versions, n’ait plus les droits du programme pour le faire produire par Studio 89 (filiale de la chaîne) et donc avoir un programme beaucoup moins cher ? Je n’ose y croire.

Quoiqu’il en soit, si vous avez vu Le pensionnat de Chavagnes ou celui de Sarlat, vous avez déjà tout vu.

Car Retour au pensionnat à la campagne reprend exactement les mêmes codes, la même scénarisation et les mêmes épreuves. C’est du copié collé.

Sauf que la jeunesse a changé, elle est accro aux réseaux sociaux. Le but de l’émission est donc de montrer que l’on peut vivre sans Internet, smartphones et tablettes. Une idée louable, pour une émission qui s’est hissée, le lundi de son lancement, à la première place de la tweet liste. Eh oui, c’est ça le business façon M6. On vous vend du retour aux sources, tout en vous demandant de réagir un maximum sur les réseaux sociaux.

La jeunesse a aussi changé car elle connaît les codes de la télé, et surtout ceux de la télé réalité par cœur. Les candidats au retour au pensionnat sont donc plus venus pour faire parler d’eux que par véritable envie de comprendre les valeurs de l’école des années 50. Et cela se sent tout de suite et c’est assumé. Notamment par Alexandre, le rigolo du groupe, toujours prêt à défier l’autorité et à balancer des boulettes de papier sur les profs. Lors de son portrait, il nous explique qu’il aime faire le show, qu’il diffuse ses vidéos  marrantes sur Youtube et qu’il rêve de faire un one man show. Il n’a que 15 ans mais sait déjà comment se servir de la télé.

Ses petits camarades ont peut-être moins d’ambition mais ils savent ce que l’on attend d’eux : défier l’autorité, faire un maximum de conneries, pour que l’on puisse rajouter au montage un petit commentaire du genre : “la jeunesse d'aujourd'hui est loin des valeurs de l’époque” !!!

La production accentue cela en donnant des rôles à chaque élève : le rebelle, le cancre, le fayot, l’intello. Le scénario est donc écrit d’avance.

Je peux d’ailleurs déjà vous révéler la fin, l’ensemble des élèves auront leur certificat d’étude car le corps enseignant aura réussi à leur faire prendre conscience que les valeurs sont importantes !! Si vous avez déjà vu Les pensionnats de Chavagnes ou de Sarlat, vous savez que cela ne peut que se finir que comme cela.

Parlons un peu du corps enseignant. Et bien, comme dans Le pensionnat de Chavagnes il fallait quelqu’un pour tenir tête aux enfants, quelqu’un qu’il puisse redouter. A l’époque Monsieur Navarron avait parfaitement joué ce rôle et était devenu une star !!! Cette année, c’est Madame Lareigne qui tient le rôle. Elle crie, elle fait les gros yeux et donne des leçons à tout va.. Franchement, même en tant que téléspectateur, j’ai envie de la baffer. C’est dire si elle est bonne actrice.

Après tout, me direz vous, ce n’est qu’un divertissement télévisuel, tout est exagéré pour attirer les téléspectateurs et cela fonctionne puisque l’audience des deux premiers numéros était excellente.
Et vous avez sans doute raison, sauf que certains (peut-être même des politiques) se serviront des images véhiculées par ce programme pour dire que la jeunesse ne respecte plus rien, même pas les professeurs, et qu’un retour à une discipline plus ferme est essentielle. Ces personnes oublieront de préciser au passage que les élèves du programme sont suivis par des caméras et jouent avec elles. Qu’ils tiennent tête à des profs qui sont en fait des acteurs et que la production leur demandent d’en faire beaucoup. Malheureusement, tout le monde ne verra pas le second degré du programme.

Quoi qu’il en soit Retour au pensionnat à la campagne est un programme efficace et divertissant.

En attendant, j’aimerais que M6 retourne aux sources de la télé. Pour cela je demande à ses dirigeants de me recopier 300 fois la phrase “A l’avenir, j’essaierai de créer de nouveaux programmes plutôt que de tomber dans la facilité en ressortant de vieux concepts usés de mes placards.” Je relève les copies dans 3 heures !!!

En attendant, je vous donne rendez vous la semaine prochaine, pour vous prouver que je ne passe pas mon temps à regarder la télé, mais que je sais aussi lire.