EW34-Stade2CelineGeraud.gif

 

Depuis janvier Stade 2 propose une nouvelle formule, un nouveau décor et une nouvelle présentatrice.

Malgré le fait que l’arrivée de Céline Géraud sonne comme une révolution puisque c’est la première femme à présenter l’émission, le reste ressemble plus à une évolution.
Une évolution plutôt agréable d’ailleurs.

Sur le fond, Stade 2 propose comme dans la formule de Lionel Chamoulaud, reportages et interviews.  Mais dans ce nouveau Stade 2, il y a moins d’invités, notamment en plateau. La rédaction des sports a décidé de compléter l’émission avec des enquêtes, ce qui est assez appréciable. Des grands formats qui vont au cœur des sujets, comme le dopage par exemple, et qui sont complémentaires des reportages d’actualité. Dans cette nouvelle formule, Stade 2 prend du recul et ce n’est pas plus mal. Le téléspectateur ne patiente plus, comme il y a 10 ans, jusqu’au dimanche soir pour connaître les résultats, et attend de la plus grande émission de sport de l’analyse et c’est ce que nous propose cette nouvelle formule

Sur la forme, le décor a complètement changé, plus petit et moins clinquant que le précédent, il s’appuie sur le décor que France Télévisions Sport avait proposé durant les JO, dans son cube basé à Londres. L’ensemble est assez joli, sauf que la table est un peu trop petite, elle ne peut accueillir que quatre personnes, en plus de Céline Géraud, ce qui peut-être un peu juste. Le logo de Stade 2 et l’habillage ont eux aussi évolué. Une évolution bienvenue tant les anciens étaient cheap. Cette nouvelle charte graphique est à la fois sobre et moderne.

Bien sûr, ce que l’on attendait, c’était la prestation de Céline Géraud. Et bien on peut dire qu’on n’est pas déçu. Elle est très à l’aise, dynamique, conviviale et souriante, elle confirme qu’elle est, comme je le pensais, faite pour ce poste.
Grâce à elle, Stade 2 s’offre une nouvelle jeunesse, mais il faudrait que la rédaction des sports de France 2 fasse de même, car si une nouvelle génération est mise en avant, comme Fabien Lévêque, Mathieu Lartot, Claire Vocquier Ficot et Haron Tanzit, les vieux de la veille sont toujours là. Et on ne m’empêchera pas de penser que si on veut professionnaliser et redynamiser Stade 2 ce n’est pas avec Patrick Montel qu’on pourra le faire. Mais ça c’est un autre sujet.

En attendant, je me suis mis à regarder régulièrement ce Stade 2 nouvelle génération ce qui ne m’était pas arrivé depuis quelques années.

Tag(s) : #France 2